L’invention de la danse contemporaine

Aujourd’hui en France, la « danse contemporaine » est partout. Elle rayonne, seule ou métissée, sur les scènes les plus diverses. À ses côtés, la danse classique semble cantonnée pour l’essentiel aux maisons d’opéra et aux cours privés. Il y a une quarantaine d’années à peine, le rapport de force était tout autre. Le livre de Mélanie Papin est le premier à mettre en évidence les conditions et les mécanismes d’émergence du champ chorégraphique contemporain en France. S’appuyant sur des archives nombreuses et variées, y compris orales, elle reconstitue l’histoire de ce mouvement récent dans toute sa complexité, loin de la vision téléologique souvent proposée.
Son propos s’appuie avant tout sur les trajectoires des danseurs. Des artistes animés, quelles que soient leurs origines esthétiques, d’un désir de modernité, luttant pour la reconnaissance de leur statut, marqués par les événements de Mai 68, accueillant sur leur territoire l’influence des chorégraphes américains (Martha Graham, Merce Cunningham, Alwin Nikolaïs), œuvrant à diffuser leur pratique au plus grand nombre.
Jerome Andrews, Françoise et Dominique Dupuy, Christine Gérard, Graziella Martinez, Anne-Marie Reynaud, Jacqueline Robinson, Quentin Rouillier, etc., sont autant de « forces discrètes » qui ont contribué à l’explosion de la Nouvelle danse française, qui s’imposera, soutenue par les pouvoirs publics, au début des années 1980 et dont les héritiers incarnent depuis la danse contemporaine.

Parution juin 2020
Coll. Nuits blanches / Histoire de la danse
256 pages
Glossaire, index, bibliographie
21 x 14 cm
23 euros
ISBN 978-2-491382-02-5

Mélanie Papin est docteure et chercheuse associée au Laboratoire des discours et des pratiques en danse de l’Université Paris 8-
Vincennes-Saint-Denis. Elle a co-dirigé les ouvrages Danser en Mai 68. Perspectives internationales (2019) et Danser en Mai 68. Premiers éléments (2014). Le présent ouvrage est issu de sa thèse de doctorat.